J’ai 32 ans et j’ai la chance d’avoir habité plus de la moitié de ma vie à l’étranger. Et c’est sans compter sur les très nombreux voyages auxquels j’ai eu le bonheur de participer !

Voyager, manger, prendre des photographies et écrire sont mes activités favorites. C’est pourquoi, un bel après-midi d’hiver ensoleillé, attablée à la terrasse du Café Montparnasse, j’ai souri quand une amie m’a conseillée d’écrire un livre de cuisine de voyage.

Quelques heures après, dans le train du retour, je jetais déjà sur le papier mes meilleures recettes. Toutes ces recettes ont été glanées au fil des années et des rencontres.

J’aime la cuisine simple avec de bons produits, mais je n’aime pas partir à la recherche d’ingrédients incroyables que l’on ne trouve généralement que dans les épiceries chères des grandes villes. Pas de ‘sel rosé des contrées éloignées de l’Himalaya’ ici. En revanche, si vous en avez rapporté de vos voyages, profitez-en !

J’ai donc essayé d’adapter ces recettes du bout du monde à la liste de course d’une maisonnée française, celle dans laquelle personne n’a le temps mais tout le monde aime se retrouver pour partager un bon plat !

Je vous conseille néanmoins de choisir des produits de bonne qualité. C’est tout particulièrement vrai pour le poisson et la viande. Faites attention aux quantités de métaux lourds contenus dans certains poissons, tel que le saumon.

Enfin, je suis toujours jalouse d’un fruit qui a plus voyagé que moi. J’achète donc principalement des fruits de saison et locaux. Je les choisis bio quand c’est possible pour éviter de saturer mon organisme de pesticides. Pas besoin d’acheter des kiwis de Nouvelle-Zélande quand nous avons de bons producteurs en France !

Si vous le pouvez, choisissez des condiments de base de qualité. Je pense notamment à :

-l’huile d’olive. Une huile d’olive vierge extra portant l’indication “Obtenue directement des olives et uniquement par des procédés mécaniques” est un gage de qualité.

-le sel. Préférez-le non raffiné (de couleur grise), il n’aura subi aucun processus de transformation chimique pour le blanchir. Il contient alors du chlorure de sodium, du magnésium et des oligo-éléments bénéfiques pour la santé.

-le poivre. Si vous en trouvez, choisissez-le en grains de bon calibre et moulez-le avant chaque utilisation (on trouve des moulins à poivre en supermarché.)

Si vous préparez des poissons, des coquillages ou des viandes blanches, le poivre blanc sera plus fin et soulignera délicatement les arômes.

Cuisiner et voyager sont possibles lorsque vous aimez les gens, lorsque vous aimez les découvrir, les surprendre et être surpris.
J’espère que ces 50 recettes agrémenteront agréablement votre quotidien et feront voyager vos papilles et celles de votre famille et de vos amis !

Toutes ces recettes sont proposées pour 4 personnes.